conseiller

Arnaud Serge Foucard

Représentant autonome
Conseiller en sécurité financière  
514 661-5754 1 866 665-0500, 76955

Ma chronique financière

Catégories de placement vous dites ?

Les marchés financiers sont complexes. Il est très facile d’y perdre son latin. Quelles sont les principales « catégories de placement » et en quoi est-ce important pour moi?

Quand on parle placement, la toute première chose à faire est de distinguer deux grandes catégories : les placements garantis et les placements non garantis. Ce sont deux mondes. Voici par ailleurs la liste exhaustive des placements garantis que l’on retrouve au Canada : les Certificats de placement garantis, les Obligations d’épargne et les Bons du trésor. Point. Ce sont les seuls placements où l’argent que vous investissez est garanti en tout temps. Le capital est garanti. Le rendement, quant à lui, est tantôt garanti, tantôt pas. Tous les autres placements comportent donc une forme de risque.

Entrons donc dans l’univers des placements non garantis. Il existe fondamentalement deux grandes catégories ici : les Obligations négociables (attention, pas les obligations d’épargne) et les Actions. Autour de ces deux-là, tourne toute une panoplie de produits, parfois simples, comme les fonds d’investissement, parfois compliqués, comme les produits dérivés. Mais ne nous égarons pas…

Les Obligations négociables (municipales, provinciales, fédérales, ou corporatives) sont des titres de créances. Quand vous les achetez, vous devenez créancier de l’entité qui les a émises, soit le gouvernement ou la compagnie. Celle-ci vous doit de l’argent et promet de vous le rembourser à la pleine valeur au moment de l’échéance - dans un, trois, cinq, dix, vingt ou trente ans - et de vous verser des intérêts dans l’intervalle. Mais, dans cet intervalle, la valeur sur le marché de votre obligation fluctuera, au gré des taux d’intérêt. Elle prendra de la valeur si les taux d’intérêt sur le marché baissent, parce que la vôtre est plus payante en intérêts que celles qui sont nouvellement émises. L’inverse est aussi vrai.

Leur valeur est donc garantie à l’échéance, mais elle fluctuera assurément en cours de route. Et la solidité de la garantie à l’échéance est proportionnelle à celle de l’émetteur, qui pourrait être devenue insolvable entre-temps, surtout si c’est une compagnie. Il pourrait donc arriver que votre obligation négociable ne vaille plus un pesos à la fin!

Les Actions sont un tout autre type de placement. Elles sont des titres de propriété. En les achetant, la plupart du temps via les marchés boursiers, vous devenez un petit peu propriétaire de la compagnie qui les a émises. Elles comportent un risque plus grand que les obligations négociables, parce que leur valeur est directement reliée à celle de la compagnie elle-même, ainsi qu’à leur demande sur le marché. Plus elles sont populaires, plus leur valeur augmente, et vice versa. Il arrive parfois que des titres très bien cotés perdent la presque totalité de leur valeur (Bre-X, Nortel, etc.). Votre profit ou votre perte correspond à la différence entre le prix payé pour les acquérir et celui encaissé au moment de la revente. Malheureusement, avec les actions, vous n’êtes jamais totalement à l’abri d’une mauvaise nouvelle concernant la compagnie émettrice.

Le secret d’un bon portefeuille de placements est de contenir la juste proportion de l’un et de l’autre ? placements garantis, obligations négociables et actions. C’est simple. Parlez-en à votre conseiller en sécurité financière, votre meilleur allié vers une stratégie gagnante!